Le 9 septembre 2020 / Idées Sorties

Le chemin de halage à Saint-Vulbas est un charmant sentier plat et sans difficultés le long du Rhône, coupé en deux par la halte fluviale (chemin du port). Idéal pour une balade en famille, en solo après le boulot, ou avec un compagnon à quatre pattes.

A Saint-Vulbas, au départ du port, le sentier du chemin de halage en bord de Rhône offre deux directions : vers la chapelle de Marcilleux (3km vers le sud) ou le long du parcours de santé (3km vers le nord). Double balade !

C’est pourquoi, l’office de tourisme vous propose un double « on a testé pour vous » : une balade à deux voies, rédigée à deux voix ! En direction du sud, l’intrépide Ketty et son fidèle compagnon Patrouille, au sortir de l’hiver. Vers le nord, Sabrina la flâneuse et son petit mari, par un matin d’été…

Le chemin de halage : du port à l’île de la Fenière

Pour tout savoir

Difficulté : Aucune
Distance : 2.8 km aller / 5.6 km aller-retour (1h30)
Dénivelé : 1m
Départ : Chemin du Port
Point d’intérêt : parcours de santé aménagé, île de la Fenière (à observer de loin)

La halte fluviale de St-Vulbas offre un point de départ de balade idéal avec ses tables de pique-nique en bord de Rhône, agrémentées de massifs fleuris. Il est 10 h en ce samedi matin. Après avoir terminé notre croissant sous les arbres, nous voilà prêts à une marche digestive.

Dès les premiers mètres, le sentier est très agréable. Les saules pleureurs laissent traîner négligemment une palme dans l’eau du fleuve. Le soleil fait scintiller la surface bleutée. Les arbres forment une ombre salutaire en cette chaude journée.

Pleine santé en pleine nature

Le parcours de santé commence, discret. Des stations aménagées trouvent leur place parmi la végétation. Barres parallèles, obstacles, bancs pour abdominaux, c’est bien pensé. Si nous étions plus sportifs, ça aurait pu nous tenter. Mais la chaleur et notre tendance au moindre effort nous fait renoncer. Nous poursuivons.

Toujours le lit du fleuve à notre droite, et par endroit de l’autre côté, une trouée dans la végétation laisse apercevoir le village ou un pré. Le sentier file droit, entre les champs de maïs et l’eau. C’est un chemin agréable pour les cyclistes. Nous en croisons plusieurs qui pédalent, confiants. Peut-être se rendent-ils jusqu’à St-Sorlin-en-Bugey, rattraper la Via Rhôna…

Au milieu coule un fleuve

Plus loin, le fleuve forme un coude, la pelouse est d’un vert tendre, l’espace est dégagé. Ici, des bancs de sable font onduler l’eau peu profonde. Les méandres serpentent lentement pour retrouver plus loin la course des flots. A quelques pas, les scintillements dorés de l’eau répondent à l’argenté des feuilles de peupliers bruissant faiblement dans le vent. Nous restons à contempler cette belle nature, assis dans l’herbe fraîche.

La balade se poursuit, entre le vert des arbres, le jaune des tournesols et le bleu turquoise de l’eau. Jusqu’à la fin du parcours de santé, quelque part en face de l’île de la Fenière. Un banc y est installé, pour accueillir le promeneur. Tout est calme. Assis, nous regardons passer les canoës… Nous ne sommes pas pressés de rentrer.

Les conseils de Sabrina

  • Prendre un pique-nique ou un goûter et profiter de l’agréable aire de repos au départ ou au retour.
  • Le chemin peut être réalisé dans son ensemble, depuis Marcilleux jusqu’à la Fenière (9km environ).
  • Possibilité de réaliser le sentier à vélo jusqu’à l’entrée de Lagnieu (rond-point) puis reprendre la Via Rhôna, à hauteur de St-Sorlin-en-Bugey.
  • Une boucle vélo de 40 km environ peut se faire en suivant le chemin de halage depuis Marcilleux, puis en reprenant la Via Rhôna à Lagnieu (rond-point), section Grottes de la Balme/site archéologique de Larina.

Le chemin de halage : du port à la Chapelle

Pour tout savoir

Difficulté : Aucune
Distance : 2.3km aller / 4.6km au total (aller/retour)
Dénivelé : 1m
Départ : Chemin du Port
Point d’intérêt : Chapelle romane de Marcilleux

C’est parti pour la balade !

13h30 : c’est l’heure de partir en balade ! Chaussures de rando aux pieds, équipement pour le chien dans le sac à dos et nous voilà partis. Mon fidèle explorateur Patrouille et moi avons décidé (je l’ai fortement influencé dans ce choix) d’aller nous ressourcer au calme, sur un chemin découvert quelques jours plus tôt.

Nous démarrons notre promenade au départ du parcours de santé du port. Quelques cyclistes font une halte ravitaillement en admirant le Rhône qui coule paisiblement. Patrouille et moi partons en direction de la chapelle de Marcilleux.
Bien entendu le chemin longe le Rhône, halage oblige. Je ne tracte pas de bateau fort heureusement, je suis simplement les pas-pattes enjouées de mon explorateur averti !
Le plus merveilleux aura été ce silence parsemé de chants d’oiseaux guillerets. Le printemps arrive, la nature s’éveille doucement.

Oui les branchages sont un peu secs et peu garnis, donnant un petit côté terne aux couleurs. On est dans un camaïeu de marrons agrémenté de quelques verts tendres ou verts lierre.
Ici on sent l’humidité remonter par le biais d’un bisolet (une légère brise en savoyard) saisissant, là on sent l’odeur un peu vaseuse remonter des bords de fleuve. On est bien en pleine nature !
Nous ne croisons qu’un promeneur et son chien, le tonique Dani, qui avaient eu la même (bonne) idée que nous.

Une bien jolie chapelle

Pendant le chemin l’esprit est libre de vagabonder, de se poser et de se reposer. Petit à petit on voit au loin se dessiner les cheminées de la centrale. On dirait une usine à nuages. Cachée par les arbres, la petite chapelle romane n’apparaît que tardivement dans le champ de vision.
C’est qu’elle en a du charme cette petite bâtisse du 7e siècle (voire plus) !
Une plaque nous explique son histoire. Nous nous asseyons ici un moment pour profiter du piquant soleil d’hiver qui nous fait l’honneur de nous accompagner.

Le retour se passe dans la même ambiance sereine. Ils sont certainement nombreux les joggers à venir s’essouffler sur ce beau chemin, et ils ont raison ! Combiné aux autres sentiers du village, c’est un itinéraire parfait pour courir sans croiser de véhicules et se concentrer sur son effort. 1h30 plus tard (oui monsieur chien flaire beaucoup de pistes improbables, je le laisse mener son enquête) nous sommes détendus et contents d’avoir partagé un moment d’une si grande qualité en toute facilité !

Promis on reviendra aux beaux jours pour admirer le plateau de Larina de l’autre côté du fleuve, ou profiter de l’ombre des arbres.

Le conseil de Ketty

  • Comme il n’y a pas de point d’eau sur le chemin, pensez à prendre une gourde, ou à vous arrêter à la supérette du village avant votre balade !

Une balade qui a tout bon

Hiver ou été, seul ou accompagné, le chemin de halage est vraiment la balade pour s’aérer en toute simplicité. A pied, en vélo ou en poussette, férus de patrimoine ou adeptes de la nature, ce sentier mettra tout le monde d’accord. Bonne balade !

Sabrina Mégani

Rédigé par :
Sabrina
Conseillère en séjour

Les vieilles pierres et les jolis villages, elle n’en a jamais assez. Tellement qu’elle s’est installée à Pérouges, où elle s’est découvert une passion pour le jardinage ! Aime aussi marcher (mais pas courir, jamais courir) et prendre des photos. Le reste du temps elle préfère lire et manger du fromage (avec du vin).

Signe particulier : collectionne les vêtements à motif tartan.
Pays préféré : l’Ecosse (à moins que ce ne soit l’Italie).
Fan absolue de : thé !
Coup de cœur nature : le lac bleu.
Coup de cœur culture : le festival d’Ambronay.

Ketty Tranchina

Rédigé par :
Ketty
Guide interprète conférencière

Cette savoyardo-sicilienne a la tête dure mais un coeur fondant (au miel). Passionnée d’Histoire dont celle du Dauphiné (une hérésie pour une savoyarde !) elle décida d’exprimer son enthousiasme pour le bavardage en devenant guide.
Insatiable globe-trotter, elle voue un culte à la pâtisserie (et a comme religion la viennoiserie).

Son crédo : découvrir le monde à travers une spécialité locale, une belle randonnée et une franche rigolade.
Le monde est sa maison !
But dans la vie : faire passer un beau moment à ses visiteurs.
Signe particulier : n’a que des Jack Russell.
Endroit préféré : le point de vue depuis la croix de Soudon.
Coup de cœur : l’ambiance libre et rock du Sylak.