De Pérouges au Bugey

La mystérieuse fresque de St-Sorlin-en-Bugey et sa visite audio

Le 22 avril 2021 / Idées Sorties

Dans le joli village de Saint-Sorlin-en-Bugey, entre Rhône et monts du Bugey, une fresque peinte sur une maison attend la visite du voyageur. St-Christophe et compères content leurs histoires à qui sait regarder et écouter. On vous raconte ?

Nous vous le disons souvent, Pérouges Bugey Tourisme est un territoire plein de mystères. Légendes, contes et autres paysages aux ambiances magiques laissent souvent place à l’imagination. A St-Sorlin-en-Bugey, joli village de tradition vigneronne, une fresque colorée et surprenante orne l’une des belles façades anciennes.
En attendant de pouvoir se rendre sur place pour s’émerveiller, découverte de ce bijou de peinture confidentiel dans un format original : en images et en sons.
Les extraits sonores sont issus de la visite audio immersive du village, créée par Ketty, notre guide-conférencière, aussi haute en couleurs que la jolie fresque dont elle nous narre l’histoire à mots feutrés…

fresque expliquée par la visite audio de St-Sorlin

Bien que très belle, elle semble bien énigmatique aux yeux du promeneur… Un personnage immense en grand manteau rouge porte sur son dos un curieux enfant. Tandis que plusieurs figures différentes animent la partie droite de la peinture. Qui peuvent bien être ces personnes ? Quelles histoires étonnantes raconte cette image venue d’une autre époque ?

Prêts à plonger dans les secrets de St-Sorlin-en-Bugey ?

Percez les mystères de la fresque en visite audio immersive

Un premier mystère : disparitions et réapparition de la fresque

Pendant des siècles, il se murmure qu’une fresque serait peinte sur une façade du village de St-Sorlin-en-Bugey. Dans ce bourg aux maisons d’allures médiévales, nul ne sait où elle se trouve, ni ce qu’elle représenterait. Les habitants ne sont pas loin de croire à une rumeur populaire.

Où diable se cachait cette fresque pendant tout ce temps ?

Au hasard d’un voyage en Allemagne, un certain Charles Thollon Giles découvre dans une revue la mention d’un peintre ambulant ayant représenté la légende de St-Christophe à St-Sorlin-en-Bugey. À son retour, il en fait part au baron de Truchis, qui porte son attention sur une maison comportant une petite croix de Savoie au-dessus de la porte. Il l’achète en 1909 et enlève avec soin le crépi qui recouvrait la façade, révélant ainsi la fresque.

Heureux hasard ou hasard troublant ?

La fresque date du début du 16e siècle, en une technique a fresco et relate sur sa partie gauche, l’histoire du géant Offérus devenu St-Christophe après une longue quête spirituelle. Ce périple initiatique lui vaudra sans doute son titre de saint patron des voyageurs. A moins que sa présence surplombant le Rhône ne fût une protection pour les marchands et bateliers du fleuve…

vue panoramique du village de St-Sorlin-en-Bugey
Saint Sorlin en Bugey face au paisible Rhône

Christophe veille sur les voyageurs sur le Rhône. Mais aussi sur les cyclistes de la Viarhôna !

Laissez-vous conter la légende de la fresque de St-Christophe le géant…

Aucun doute que vous brulez maintenant de connaître toute cette histoire ! La voici, en image et en sons, pour une découverte encore plus immersive de cette peinture et sa légende.

C’est l’histoire d’un géant, qui croise le diable et rencontre un vieux mystérieux avant de devenir un saint…

Un chemin semé de rencontres

Un jour Offérus, fil de roi païen et géant de son état, voulut se mettre au service du monarque le plus puissant du monde. Il voulait servir « celui qui ne craindrait personne ».

Petit résumé de la légende en audio : attention spoiler alert* (révélation de la fin !)

fragment de la fresque de St-Christophe pour la visite audio
Où vas-tu gentil géant ?

Il alla trouver un grand roi renommé pour sa bravoure et sa bonté. Un jour qu’un troubadour chantait une chanson évoquant le diable, le monarque se mit à trembler et faire le signe de croix. Intrigué, le géant l’interrogea et le roi lui expliqua qu’il craignait fort le diable. Offérus lui dit : “Si tu crains le diable, c’est donc que tu n’es pas le monarque le plus puissant du monde. Adieu, roi, je te quitte pour aller me mettre au service du diable.”

Le voyageur dans le coin à côté du moulin, c’est le géant qui se met en route. Le roi est symbolisé par le premier arbre du chemin, le plus petit et le moins touffu.

Après une longue errance, il rencontra un homme à l’apparence terrible, au milieu du désert. L’homme lui dit qu’il était le diable, et le géant lui jura fidélité. Pendant longtemps Offérus se livra à de mauvaises actions, au service de son seigneur. Un jour, ils passèrent tous deux devant une croix sur un chemin. Le diable frissonna et expliqua au géant qu’il avait jadis fait clouer un homme appelé le Christ sur une croix, mais que le Christ l’avait vaincu par sa mort. Offérus lui dit : “Si tu crains le Christ, c’est donc que tu n’es pas le monarque le plus puissant du monde. Adieu, diable, je te quitte pour aller me mettre au service du Christ.”

Le Diable, seconde étape est figuré par le second arbre du sentier, plus grand et feuillu.

extrait de la fresque de St-Christophe pour la visite audio

La conversion du géant

Un jour, il croisa la route d’un ermite à qui il demanda comment trouver le Christ ? L’ermite lui répondit que le Christ était partout. Pour l’atteindre, il suffisait de jeûner et prier. Offérus expliqua que sa condition de géant ne lui permettait pas de jeûner et qu’il ne savait pas prier. L’ermite lui confia alors la mission de faire passer les voyageurs d’une rive à l’autre du fleuve sur ses épaules.

La lanterne de l’ermite semble tournée vers la maison la plus haute du chemin. Il s’agit de la maison de Dieu, au vue du trilobe (symbole de la Trinité) sur la façade. Et le dernier arbre, épanoui représente l’achèvement de la quête de soi.

extrait de la fresque de St-Sorlin-enBugey pour la visite audio

Un soir, un enfant se présenta. Offérus l’assit sur ses épaules et commença sa traversée. Mais plus il avançait, plus le fardeau se faisait lourd, écrasant. Il atteint l’autre rive avec grand peine, posa l’enfant par terre et lui dit : “Jeune enfant, lorsque je t’avais sur mes épaules il me semblait porter le monde entier”. L’enfant lui répondit : “Ne t’étonne pas : tu portais celui qui porte le monde” [symbolisé par le globe surmonté d’une croix]

Fin du voyage et quête de soi

L’enfant lui révéla alors être le Christ, que le géant cherchait depuis si longtemps. Celui-ci nomma alors le géant « Christophe » : celui qui porte le Christ. Pour prouver son identité, l’enfant ordonna à Christophe de planter son bâton dans son jardin. Le lendemain matin, Christophe vit que le bâton s’était transformé en magnifique palmier avec des fruits [Les palmes que l’on aperçoit au bout du bâton].  

Les flots, ici très joliment stylisés, représentent le temps des épreuves, où l’on peut perdre pied. Offérus traverse de gauche à droite, donc du Mal vers le Bien, et vers la lumière de l’ermite. Le poisson est l’un des plus vieux symboles de la foi chrétienne. L’ichtus (« poisson » en grec ancien) est l’acronyme de Jésus-Christ, fils de Dieu Sauveur.

Encore bien d’autres histoires

La légende de Christophe le géant est terminée, mais la fresque révèle encore bien des histoires… Vous voulez les entendre ? Alors il vous faudra continuer cette visite audio immersive dans sa version intégrale pour tout savoir des énigmes du village. Comme par exemple : Qui est cet homme en rouge et or ? Pourquoi ce saint a-t-il les pieds dans les flammes ? Et nom d’un ramequin du Bugey, que fait le blason de la Savoie ici ?

Pour le savoir, suivez la voix du guide et ne vous perdez pas… en hypothèses historiques !

Que de mystères et de suppositions pour une seule façade !

Ainsi s’achève cette visite audio remplie d’énigmes…

La fresque et le village de St-Sorlin-en-Bugey présentent bien des surprises et encore bien des mystères, à résoudre ou à laisser à l’imagination. En plus de la visite audio, pour poursuivre la découverte, l’histoire du village et la vie de ses habitants au 18e siècle vous est contée lors de visites théâtralisées, menées par Pérouges Bugey Tourisme, entre avril et octobre.

Toujours plus d’énigmes et de secrets

Le saviez-vous ? St-Sorlin-en-Bugey est surplombé du rocher de la Pouponne, qui doit son nom aux pèlerinages des jeunes femmes venus jusqu’à la falaise pour s’assurer de leur fertilité. Mais c’est une autre histoire…

Sabrina Mégani

 

Rédigé par :
Sabrina
Conseillère en séjour

Les vieilles pierres et les jolis villages, elle n’en a jamais assez. Tellement qu’elle s’est installée à Pérouges, où elle s’est découvert une passion pour le jardinage ! Aime aussi marcher (mais pas courir, jamais courir) et prendre des photos. Le reste du temps elle préfère lire et manger du fromage (avec du vin).

Signe particulier : collectionne les vêtements à motif tartan.
Pays préféré : l’Ecosse (à moins que ce ne soit l’Italie).
Fan absolue de : thé !
Coup de cœur nature : le lac bleu.
Coup de cœur culture : le festival d’Ambronay.