La cascade de la Charabotte est un incontournable de la vallée de l’Albarine, et l’une des plus hautes de France.
A une heure de Lyon, elle se dresse fièrement dans un paysage boisé et verdoyant, propice à une sortie en famille.

Cascade de 115 mètres de hauteur

Grandiose ! La cascade de la Charabotte l’est d’un point de vue écologique, géologique et paysager. Son impressionnante cataracte de 115 m de haut s’observe entre Chaley et Plateau d’Hauteville, dans la vallée de l’Albarine, du nom de la rivière qui se jette de la falaise.

cascade de Charabotte à Chaley

Dès le début du XXe siècle (1909), le site fût classé comme « monument naturel de caractère artistique ». Ce titre étonnant en dit long sur la valeur de patrimoine de la cascade. Depuis 2002, les falaises sont protégées afin de préserver l’habitat d’oiseaux, comme le grand corbeau ou le faucon pèlerin. Plus récemment (2017) le lieu a été labellisé Espaces Naturels Sensibles par le Département de l’Ain, dans le cadre de son Plan Nature.

Belle de haut en bas…

Le haut de la cascade est lui aussi un lieu de rêve. Dans les bois, le bruit de l’eau se fait entendre, puis la rivière d’Albarine devient visible. L’eau est cristalline. La roche est usée, lissée par le frottement de l’eau. Tout n’est que courbes et délicatesse. Soudain, les montagnes du Bugey s’étendent en un panorama verdoyant. Un petit coup d’œil sur la gauche et on a l’impression que la rivière s’arrête là… En réalité, intrépide, la voici qui se jette dans le vide, entre les rochers. Magique !
La timide rivière se transforme sous nos yeux en une chute d’eau impétueuse : belle, forte, changeante, poétique. En un mot, féminine. D’ailleurs, d’où lui vient ce nom charmant « Charabotte » ?

Ici on se croit ailleurs. Ici le temps s’arrête.

La légende raconte…

Un jour, alors que presque tout était submergé par l’eau dans le petit village de Chaley, apparut le chat aux bottes de sept lieues. En effet, il lui arrivait parfois de traverser notre région, durant ses longs voyages. Et comme chacun le sait, notre chat passait de montagne en montagne sans difficulté, grâce à ses bottes enchantées.

Cependant, ce jour-là, assuré de franchir son obstacle, notre chat glissa sur les rochers et chuta lourdement dans les prés inondés. Un vieux paysan, présent lors de l’incident, s’esclaffa : « Regardez ! L’eau n’a jamais été aussi haute, le chat a de l’eau ras les bottes ! » Et comme on aidait notre fameux chat à se relever de sa mauvaise posture – en ce temps-là, les hommes et les animaux étaient en parfaite harmonie – ce dernier répondit : « Puisque c’est ainsi, chaque fois que vous serez inondés par la cascade, appelez-moi, j’enlèverai l’eau des près avec mes bottes. » C’est ainsi que d’un chat aventurier et d’une paire de bottes garnies d’eau naquit le nom de « Charabotte ».

Accès à la cascade

Pour observer la cascade, un belvédère se trouve sur la route du Plateau d’Hauteville depuis Chaley (un petit parking est aménagé cet effet dans les lacets).
L’approche à pied peut se faire par le bas, au départ de l’ancien moulin de la Charabotte à Chaley.
ATTENTION : le sentier n’est pas balisé et peu entretenu. Il est recommandé d’être prudent et bien équipé. Un projet d’aménagement est en cours de réflexion.

A la fonte des neiges ou après de fortes précipitations, la cascade se métamorphose, devenant encore plus majestueuse et surtout indomptable !
Aussi nous vous recommandons les périodes de mars à juin et de septembre à novembre. La période estivale est à éviter.

NB : Le chemin de la « randonnée des tunnels » ou « balade du train fantôme » fait actuellement l’objet d’un arrêté préfectoral interdisant l’accès, en raison des risques d’accidents. La mise en sécurité du site est en cours de réflexion.